THRUSTME, A DEEP-TECH STARTUP IN THE SPACE INDUSTRY: from the “Garage” to Industrialization in record time, with an accumulated funding of 4.6 M€

Posted on 5 June, 2018

ThrustMe moves out of its “garage” and into its tailored headquarter of 300 m2, only 14 months after its creation. In 2017, ThrustMe was evaluated as one of the fastest moving startups in France by SNCF Development for its 1.7 M€ seed-round 4 months into its existence. The company has now been selected for European grant designed to fund the industrialization of mature products, and have thus secured an accumulated funding of 4.6 M€. Now starts the next phase for ThrustMe’s adventure: growth, industrialization and independence. ThrustMe’s potential to become a world- wide leader in electric space propulsion is confirmed.

French version here

contact@thrustme.fr
ThrustMe : +33 6 31 90 65 50

 

ThrustMe is a deep-tech company in the space industry developing stand-alone electric space propulsion systems for the next generation satellites. The company, despite being hardware oriented, has demonstrated the speed and execution that resembles what successful digital players achieve.  “Speed and agility is a common business strategy for many digital players in the B2C sector. We take inspiration from their methods, and have shown that this strategy can be extremely efficient also for startups with heavy technical development like ours” says Ane Aanesland, founder and CEO of ThrustMe.

In 2017, ThrustMe were identified as one of the fastest moving startups in a French Tech 2017 report by SNCF development out of 1500 French startups. The company has recently been selected for a H2020 SME Instrument Phase 2 grant which is dedicated to the industrialization phase (This is a highly selective grant where French companies have 3% success rate).

ThrustMe and France have some catching up to do in the space industry. The traditional value chain and established companies in the global space business are being disrupted, where US have a significant head-start followed by Asia. Some European countries, such as the UK, Luxemburg and Portugal, have realized that actions and political change have to happen now, and Luxemburg announced last week the creation of a national space agency. Not acting fast enough will put France, once a leading space country, on the side.

“France needs to act fast and change significantly to be competitive on a global scale. ThrustMe is an example of what France can and should do if it wants to remain a key global player”, Arthur Sauzay, space policy expert.

“The Government is pushing very hard to make France an attractive place to create and scale-up DeepTech companies. ThrustMe benefitted from the support of the French Tech Ticket, the SATT and several Bpifrance financing instruments, and is a prime example of the successes that can be achieved in our rising ecosystem”, Matthieu Landon, Head of Innovation and IP at the DGE (Direction générale des entreprises) at the Ministry of Economy and Finances.

“I have known Ane Aanesland and the ThrustMe team as soon as they expressed the intention of developing a commercial spin-off based on their exciting scientific results obtained in the Plasma Physics Laboratory of Ecole Polytechnique. It was very clear that one of ThrustMe’s key success factors is speed and agility. We did support them for this strategy and challenged ourselves to meet their need. Our community can be extremely proud and happy to have given raise to this extraordinary project”, Jacques Biot, Executive President of Ecole Polytechnique. 


Facts:

  • ThrustMe was founded 3rd of February 2017, by Ane Aanesland (CEO) and Dmytro Rafalskyi (CTO)
  • ThrustMe’s founders are the inventors of the patents exploited in their technology, and the fundamental idea (invention) was patented in 2014
  • ThrustMe spins out from the Laboratoire de Physique des Plasmas, at the Ecole polytechnique and the CNRS, and leveraged from 18 months of maturing the technology funded by SATT Paris-Saclay
  • ThrustMe closed their seed-round of 1.7 M€ in June 2017
  • ThrustMe is the laureate of the Grand Prix I-LAB in 2017, laureate of the French Tech Ticket in 2017, and laureate of the H2020 SME Instrument Phase 2 in 2018; accumulating French and EU subventions reaching 2.9 M€

 

About ThrustMe:
Emerging from Ecole polytechnique and the CNRS in France, ThrustMe, founded in February 2017, leverages more than 10 years of applied research in satellites propulsion technology. The company is a subsystem provider for the satellite industry entering the market with a unique stand-alone, miniaturized electric propulsion system for small satellites.

A new Space Age is emerging with privatized rocket launches and ambitious low-cost satellites constellations around Earth. In the next ten years, more than 10.000 satellites will be launched into space, for earth observation and connectivity. The space infrastructure is on the verge of a paradigm change where risk is spread over a constellation of small numerous satellites with lower lifetime, rather than a few complex and “never failing” satellites from the previous decades. This paradigm shift changes how satellites are designed, engineered, produced and operated.

However, the business case for these constellations has yet to close and even the most advanced of these NewSpace actors are still raising significant financing rounds. Satellite companies need orbital mobility and control solutions to make this new industry economically and environmentally sustainable. Traditional space propulsion systems cannot be re-engineered to deliver such performances for the cost-capped high-batch-production the new space paradigm requires. Thus, there are no miniaturized space propulsion technologies available on the market for the high ∆v missions the industry urgently needs.

ThrustMe has developed a unique miniaturized propulsion system, based on a patented technology, combining ion propulsion with techniques used in semiconductor industry. Its first fully integrated and stand-alone system fits in the palm of two hands. ThrustMe has demonstrated thrust in the range 0.2-0.9 mN for a total input power of 30-60 W. Its ability to provide high ∆v missions to the new space actors makes ThrustMe an enabler of a sustainable space for the entire industry.

ThrustMe’s stand-alone electric space propulsion system under development.

Ane Aanesland, Founder & CEO

Dmytro Rafalskyi, Founder & CTO

 

 

THRUSTME, UNE STARTUP DEEPTECH DE L’INDUSTRIE SPATIALE: du “Garage” à l’industrialisation en un temps record, avec un financement total de 4.6 M€

ThrustMe sort de son «garage» et emménage dans son siège social de 300 m2, seulement 14 mois après sa création. En 2017, ThrustMe a été reconnue comme l'une des startups les plus dynamiques de France par SNCF Développement pour sa levée de 1,7 M € 4 mois après son lancement. La société est désormais sélectionnée pour une subvention européenne destinée à financer l'industrialisation de produits matures, et a ainsi obtenu un financement cumulé de 4,6 M €. Maintenant commence la prochaine phase de l'aventure de ThrustMe: la croissance, l'industrialisation et l'indépendance. Le potentiel de ThrustMe à devenir un leader mondial dans la propulsion électrique est confirmé. 

ThrustMe est une société de technologie de pointe dans l'industrie spatiale qui développe des systèmes de propulsion spatiaux complets pour les satellites de la prochaine génération. L'entreprise, bien que fabriquant du hardware, a démontré la rapidité et l'exécution qui ressemble à ce que réussissent les acteurs numériques. "La rapidité et l'agilité sont une stratégie commerciale commune pour de nombreux acteurs du secteur B2C. Nous nous inspirons de leurs méthodes et avons montré que cette stratégie peut être extrêmement efficace aussi pour les start-up ayant un développement technique aussi important que le nôtre", explique Ane Aanesland, fondatrice et PDG de ThrustMe.

En 2017, ThrustMe a été identifiée comme l'une des startups les plus dynamiques dans un rapport French Tech 2017 par le développement de la SNCF sur 1500 startups françaises. La société a récemment été sélectionnée pour une subvention H2020 SME Instrument Phase 2 dédiée à la phase d'industrialisation, une subvention très sélective où les entreprises françaises ont un taux de réussite de 3%. 

ThrustMe et la France ont du rattrapage à faire dans l'industrie spatiale. La chaîne de valeur traditionnelle et les sociétés établies dans le secteur spatial mondial sont challengés par des nouveaux acteurs disruptifs, les États-Unis ayant une longueur d'avance importante, suivis de l'Asie. Certains pays européens, comme le Royaume-Uni, le Luxembourg et le Portugal, ont réalisé que des actions et des changements politiques devaient se produire maintenant, et le Luxembourg a annoncé la semaine dernière la création d'une agence spatiale nationale. Ne pas agir assez vite mettra la France, une fois un pays leader de l'espace, à la traine.

"La France doit agir vite et changer de manière significative pour être compétitive à l'échelle mondiale. ThrustMe est un exemple de ce que la France peut et doit faire si elle entend rester un acteur spatial mondial de premier plan", a déclaré Arthur Sauzay, expert en politique spatiale.

"Le gouvernement cherche à faire de la France un pays attractif pour créer et faire grandir les entreprises DeepTech. ThrustMe a ainsi pu bénéficier du soutien du French Tech Ticket, de la SATT et de plusieurs instruments financiers délivrés par Bpifrance, et constitue un bel exemple des réussites qui peuvent être réalisées dans notre écosystème en croissance", Matthieu Landon, Responsable Innovation et Propriété Intellectuelle à la DGE (Direction générale des entreprises) au Ministère de l'Economie et des Finances.

"J'ai connu Ane Aanesland et l'équipe ThrustMe dès qu'ils ont exprimé l'intention de développer une spin-off industrielle basée sur leurs remarquables résultats scientifiques obtenus au Laboratoire de Physique des Plasmas de l’X. Il était très clair que l'un des facteurs clés de succès de ThrustMe repose sur la rapidité de développement de leur solution. Nous les avons activement soutenus dans cette voie et nous nous sommes mis au défi de répondre à leurs besoins. Notre communauté peut être extrêmement fière et heureuse d'avoir contribué à ce projet extraordinaire", Jacques Biot, Président Exécutif de l'École polytechnique.

Faits:

  • ThrustMe a été fondée le 3 février 2017, par Ane Aanesland (CEO) et Dmytro Rafalskyi (CTO)
  • Les fondateurs de ThrustMe sont les inventeurs des brevets exploités dans leur technologie, et l'idée fondamentale (invention) a été brevetée en 2014
  • ThrustMe sort du Laboratoire de Physique des Plasmas, de l'Ecole Polytechnique et du CNRS et bénéficie de 18 mois de maturation de la technologie financée par la SATT Paris-Saclay
  • ThrustMe a clôturé son tour de table de 1,7 M € en juin 2017
  • ThrustMe est le lauréat du Grand Prix I-LAB en 2017, lauréat du French Tech Ticket en 2017, et lauréat du H2020 SME Instrument Phase 2 en 2018; accumulant des subventions françaises et européennes atteignant 2,9 M €

 

À propos de ThrustMe:
Issu de l'Ecole Polytechnique et du CNRS en France, ThrustMe, fondé en février 2017, s'appuie sur plus de 10 années de recherche appliquée dans la technologie de propulsion par satellites. La société est un fournisseur de sous-systèmes pour l'industrie des satellites qui entre sur le marché avec un système de propulsion électrique autonome miniaturisé unique pour les petits satellites.

Un nouvel âge spatial est en train d'émerger avec des lancements de fusées privatisées et des constellations ambitieuses de satellites à faible coût autour de la Terre. Au cours des dix prochaines années, plus de 10.000 satellites seront lancés dans l'espace, pour l'observation de la Terre et la connectivité. L'infrastructure spatiale est à la veille d'un changement de paradigme où le risque est réparti sur une constellation de petits satellites nombreux à durée de vie plus faible, plutôt que sur quelques satellites complexes et «jamais défaillants» des décennies précédentes. Ce changement de paradigme change la façon dont les satellites sont conçus, conçus, produits et exploités.

Cependant, l'analyse de rentabilisation de ces constellations n'a pas encore abouti et même les acteurs les plus avancés de NewSpace sont encore en train de lever d'importants financements. Les sociétés de télécommunications par satellite ont besoin de solutions de mobilité et de contrôle orbitaux pour rendre cette nouvelle industrie économiquement et écologiquement durable. Les systèmes de propulsion spatiaux traditionnels ne peuvent pas être reconfigurés pour fournir de telles performances pour la production en masse à bas coût que nécessite le nouveau paradigme spatial. Ainsi, il n'y a pas de technologies miniaturisées de propulsion spatiale disponibles sur le marché pour les missions à haute mobilité orbitale dont l'industrie a un besoin urgent.

ThrustMe a développé un système de propulsion miniaturisé unique, basé sur une technologie brevetée, combinant la propulsion ionique avec les techniques utilisées dans l'industrie des semi-conducteurs. Son premier système entièrement intégré et autonome tient dans la paume des deux mains. ThrustMe a démontré une poussée de l'ordre de 0,2 à 0,9 mN pour une puissance d'entrée totale de 30 à 60 W. Sa capacité à fournir des missions de haute mobilité aux nouveaux acteurs spatiaux fait de ThrustMe un facilitateur d'espace durable pour l'ensemble de l'industrie.

ThrustMe’s stand-alone electric space propulsion system under development.

Ane Aanesland, Founder & CEO

Dmytro Rafalskyi, Founder & CTO